1 an en Amérique du sud

rio de janeiro

me voilá rendu à rio de Janeiro! quand on pense rio on imagine tout de suite (du moins pour une grande majorité) à copacabana, le pain de sucre, le christ rédompteur, les plages... et c´est donc sur ces pensées que j´ai visité la ville.

 

Tout d´abord, je me suis rendu de bonne heure sur le corcovado pour avoir une vue d´ensemble sur le pain de sucre, mais il y avait un peu de brume ce matin là

 

mais pas sur le christ rédemptor

 

puis direction les favelas oú dorénavent, les agences de voyages proposent des tours organisés

 

puis je me suis dirigé vers le stade de football de maracana (fermé pour cause de rénovation) oú se déroulera la prochaine coupe du monde

 

puis me voilá arrivé a la place oú se déroulera le 8 mars le fameux carnaval

 

la fameuse plage de copacabana oú de la viande fraîche se faisait tranquilement rotir!

 

puis monté en téléphérique sur le pain de sucre pour avoir une belle vue sur rio

 

 

d´autres photos dans mon album....

C´est sur cette dernière ville que se termine mon voyage, car j´ai décidé de consacrer les 2 mois qui me reste à revoir ma belle Brésilienne à são luis avant de revenir en france, car elle a su conquérir mon coeur et mon âme de routard!!!

 

Je vais donc conclure par mon traditionnel bilan du pays principalement dans le nordeste car c´est là où j´ai le plus vécu:

 

gastronomie: -le chourasco: viandes grillées servies avec du riz (par pitié, ne me parlez plus de riz à mon retour pour cause de saturation!!!!) de salade, de farinha sorte de semoule plus au moins fin et sec.

-fejonadas: viandes pôlées srvi avec des haricots rouges, riz, salades, farinhas

- des lanchonetes: c'est ici une institution. Petits en-cas vendus pour trois fois rien dans de nombreux bars, padaria, sous forme de beignets salés à la viande, au poisson, au fromage ou aux légumes. À grignoter sur place ou à emporter.
 

-bien sûr toujours leur gâteaux trop sucrés

 

boissons:- l´eau: Le Brésil possède une infinité d'excellentes sources naturelles.
-cafezinho: (« petit café ») : une institution nationale. Partout, on vous l'offre.
-guarana: le soda national. Préparé à partir du fruit du guaraná,
-suco et vitaminas: dans n'importe quel bar ou boui-boui, on boit des jus de fruits frais préparés au mixeur. Une véritable cure de santé à base de vitamines-

--cachaça: appelée aussi pinga ou aguardente. Avec la bière, c'est l'une des boissons alcoolisées les plus populaires. C'est un rhum blanc agricole de faible titrage.
-caipirihnas: littéralement, la « petite provinciale ». Un cocktail à base de cachaça, largement adoucie de glace pilée, de citron vert écrasé et de sucre de canne. Un rituel obligatoire.
-les bières: LA boisson nationale, que les Brésiliens ont le don de servir givrée. Les solides buveurs l'allongent d'un verre de cachaça !

 

lles brésilien(ne): dans l´ensemble trés acceuillant et il n´hésite pas à parler avec n´importe qui sur leur malheurs de tout les jours.

transport: de bon bus avec toujours la clim à fond!

 

conclusion générale de mon voyage: j´ai vécu une trés belle aventure riche en émotion, émerveillement, rencontres, crampes et maux divers... mais que serais un voyage sans tout cela?

je terminerais par une citation: Le vrai voyage, c'est d'y aller. Une fois arrivé, le voyage est fini. Aujourd'hui les gens commencent par la fin. (Hugo verlomme)

 

 

 

 

 



Commentaires
(6) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 23:42, le 23/02/2011, Rio de Janeiro
Mots clefs :


3 mois sans nouvelles...

voilà fort longtemps environs 3 mois, que je n'ai pas rempli mon blog! Cela est dû à la rencontre d'une Brésilienne. Mais je ne m'attarderais pas sur ce sujet, où pour les trop curieux, vous avez mon adresse mail...

je vais donc parler de Sao luis et raconter un peu son histoire. Sao Luis De belles plages, et le plus grand ensemble architectonique d’origine portugaise du Brésil. Bien qu’elle ait été fondée par des Français, la capitale maranhense en garde peu d’évidences, à l’exception de quelques noms de rues et monuments comme le beau Palais La Ravardière ci-dessous.

 

 

le palais de justice

 

En 1997, São Luís a reçu de l’UNESCO le titre de Patrimoine Culturel de l’Humanité: la reconnaissance de la préservation de son magnifique et homogène ensemble architectonique colonial latino-américain des XVIIIème et XIXème siècles. Ce sont plus de 3.500 édifications de valeur historique et artistique inégalable, en retraçant les habitudes des anciennes familles riches de la ville.

 

 

 

 

 

São Luís est baignée par les eaux tièdes de la baie de São Marcos et par l’Océan Atlantique, étant, constamment, chauffée par le soleil.

 

 



Commentaires
(1) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 14:24, le 1/02/2011, São Luís
Mots clefs :


les chutes d'iguaçu

Mon visa touristique pour le brésil étant écoulé (90 jours), je suis donc obligé de descendre jusqu'au sud à la frontière pour être dans les règles.

Me voilà donc rendu à foz de Iguazu côté brésilien pour me rendre à 5 km après à puerto iguazu côté Argentin où j'en profite pour aller voir les splendides chutes. Dans ce parc naturel de 18.000 hectares qui chevauche les frontières, dans une forêt humide, dense et difficile d'accès, est située l'une des curiosités naturelles les plus marquantes d'Amérique du Sud que j'ai vu. Les Argentins et les Brésiliens se disputent le privilège des meilleurs points de vue sur les chutes. on s'en approche par des sentiers et passerelles qui respectent la forêt. pas d'autres comentaires, les images parles d'elles mêmes!

 

 

 

 

 

 

et un peu plus dans mon album photo...

 

prochaine déstination: rio de janeiro.

 

 

 



Commentaires
(0) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 14:04, le 1/02/2011, Puerto Iguazú
Mots clefs :


les caraibes

les caraibes.... quand on pense caraibes, on imagine plages, eaux turquoises, sable blanc, cocotiers, paillotes.... mais voila le rêve c´est vite évanouit quand on voit l´état des plages. Elles sont sales, l´eau est marron a cause des coulées de boue qui proviennent des montagnes mais heureusement, il reste les cocotiers qui donnent un apperçu d´une plage exotique.

Et puis se qui m´a réconforté aussi s´est de pratiquer le snorkelling (observation de la faune et de la flore aquatique avec masque et tuba) et il faut dire que le spectacle en vallait vraiment la chandelle! poissons au multiples formes et couleurs exotiques, coraux énormes, oursins, calamars et bien d´autres especes encore.

Nager au milieu des poissons et se sentir un peu comme eux fut ma plus belle expérience aux caraibes. J´éspere maintenant qu´au Brésil je pourrais enfin savourer une vraie plage comme on les imagines! 

 

A suivre..... 



Commentaires
(3) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 17:15, le 1/11/2010, Taganga
Mots clefs :


bilan de la Colombie

Bien que le pays soit encore en guerre et malgres la présence des militaires assez fréquente, le pays reste assez sûr a condition d´éviter les villes a risque bien évidemment.

ce qui m´a surpris également, c´est de me trouver avec des billets de 10000, 20000 et 50000 pesos dans la main, la monaie locale, soit l´équivalent de 5, 10, et 25 euros.

beaucoup de monde que j´ai croisé au cour de mon voyage m´ont dit que la Colombie était super, mais je n´ai pas vraiment étais de mon côté emballé par ce pays malgres quand même quelques beaux endroits.

 

-climat: tres chaud et seulement 2-3 jours de pluie dans le mois (en arrivant et en partant) alors qu´on se trouve en pleine saison des pluies.

 

-colombien(nes):se qui nous a surpris c´est la grande majorité des femmes en Colombie qui sont en surpoids voir même quelque fois obése alors que du côté des hommes c´est l´inverse. Mais en dehors de ça, ils restent assez acceuillant et n´hésite pas a venir faire un brin de cosette avec les étrangers.

 

-nourriture: tjrs les éternelles poulet/viandes seches/poissons/riz et de tres bonne soupes (jamais étais deçu en Amérique du sud)

 

-boisson: de bonnes bieres, tjr pas de bon café car tjr en exportation, et de l´eau en petite poche plastique ou en bouteille.

 

-transport: la plupart du tps nous avions pris des busetas (petit bus) pour les petites distances et des bus frigorifiques (clim a font) pour les grandes distances.

 

a suivre ma mésaventure avant d´atteindre la frontiere avec le Brésil 

 

 



Commentaires
(0) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 16:49, le 1/11/2010, Caracas
Mots clefs :


arrivé au Brésil

Apres que les 3 mousquetaires se soit séparés et aient pris des directions différentes, me voilá arrivé de mon côté dans mon 6 eme pays. Nouveau tampon, nouveau pays, nouvelle langue, bref un nouveau départ s´ouvre a moi! Mais avant de parler de ce pays, il faut que je raconte ma mésaventure avant d´arriver a la frontiere.

tout a commencé le jour oú je suis arrivé a Caracas, la capitale du Vénézuela. J´ai choisi de faire Santa Marta en Colombie a Caracas en bus (18h), plutôt que Santa Marta a Bogotá (17h) puis prendre l´avion pour le Brésil, car cela me revenais trop chere. Donc me voilá rendu a l´aeroport de Caracas apres 20h de bus. Jusque la aucun probleme. Je réserve un vol Caracas/belem (ma premiere ville Brésilienne).Au moment de payer, la personne qui s´occupe de ma réservation me demande de payer 3100 bolivar soit l´équivalent de 390 euros. Je lui demande si je peux payer avec ma carte de crédit et me dit que non mais qu´il y a un distributeur dans l´aeroport. Ni une ni deux, je me dirige vers le distributeur et la.... impossible de retirer! j´en essaye une 2eme puis une 3eme impossible! on me demande a chaque fois mes 2 premiers numéros de mon cédula (billet) que je n´ai pas bien évidemment, et il me reste que 25 euros en poche. J´annule donc mon vol et me dirige au centre ville pour faire d´autres essais, sans succes.

Il est maintenant 18h, tout est fermé, je ne peux pas retirer d´argent donc, pas d´hotel. Je décide de passer la nuit au terminal sur des chaises en ferrailles dans la ville considérée comme une des plus dangeureuse au monde. Heureusement le terminal est sécurisé.

le lendemain, apres avoir passé une nuit abominable, et sans avoir mangé, je décide de me rendre a l´ambassade pour voir ce que je peux faire. la ils me disent qu´ils peuvent rien faire pour moi, que si je ne suis pas résident, je ne peux utiliser de retrait, et que le seul moyen était de téléphoner en france pour me transférer de l´argent par Western Union. Mais je ne voulais pas rester une nuit de plus dans le terminal de Caracas, et en plus en france il était 19h donc tout était fermé. Je retourne au terminal et je réserve avec mes dérniers bolivar un ticket de bus pour Santa Elena. Je demande a la guichetiere si la frontiere apres cette ville est loin, et la elle me dit qu´elle en sait rien, et personne dans le terminal n´a pu me renseigner. Je prends donc le bus a 15h45 toujours sans avoir mangé et avec l´angoisse de ne pas pouvoir payer quoi que se soit.

Donc, apres 21h de bus et apres avoir passé 3 jours sans bien dormir, me voila arrivé a Santa elena. Et la, contrôle des militaires avec fouillage au corps et déballage de toutes mes affaires. Il me dit qu´il y a pas mal de traffic de drogue qui circule en ce moment et qu´ils sont obligés de faire cette procédure.

Epuisé avec une faim de loup, je me renseigne ensuite pour savoir a combien de km se trouve la frontiere et la a ma grande surprise, il me dit qu´elle se trouve a 15km. Je décide de marcher jusqu´a elle et la un militaire se propose de m´y emmener. Apres avoir passé la frontiere (sans probleme), me voila arrivé au Brésil. Sans perdre de temps, je demande avec une certaine difficulté a parler portugais (j´ai pu étudier un peu cette langue car Jean-Claude m´avais apporté un dico) ou se trouvela prochaine ville. On me dit quelle se trouve a 2h de route. Je demande a un taxi si je peux utiliser son service et de le payer une fois arrivé a un distributeur. Il me dit qu´il n´y a pas de probleme.

Me voila donc arrivé a Boa Vista, la 1ere ville frontaliere ou la, avec un grand soulagement et beaucoup de fatigue, j´ai pu enfin retirer de l´argent. La je le remercie et je pars a la recherche d´un hotel, d´une bonne douche et d´un bon repas. Je n´ai vraiment pas mis longtemps a m´endormir!!!

conclusion: C´est vrai que sans argent, on ne peut pas faire grand chose, mais qu´il faut toujours garder éspoir sans paniquer! mais quelle aventure!!!



Commentaires
(0) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 15:48, le 1/11/2010, Manaus
Mots clefs :


le sud de la Colombie

Au moment où j'écris cette article, c'est à dire le 18 octobre, sa fait maintenant 6 mois que je voyage. La moitié de mon parcours!

donc me voilà arrivé à mon 5 ème pays qui est la Colombie, où je fais route avec Maxime et maintenant un autre français, jean-claude qu'on à rejoint sur Bogotà pour se rendre directement à tierradentro au sud de la Colombie proche de Popayán.

 

Tierradentro par la route (sept heures de trajet) serpente dans les Andes, ce qui vaut des paysages de ravins, de ríos mais peu profondes se terminant en cascade. On y trouve la petite localité de San Andrés de Pisimbalá, perdue dans les Andes de moins de 1000 habitants, situé dans une vallée entourée de montagnes qui renferment les tombeaux précolombiens.
Avec San Agustín, Tierradentro est l'une des plus importante découvertes archéologiques précolombiennes de ce siècle. On trouve des tombes de différentes grandeurs, qualités et profondeurs en groupes de 10 à 60 ou plus sur une dizaine de sites.
Le parque Arqueológico de Tierradentro propose quatre sites archéologiques dans les montagnes environnantes: Segovia, El Duende, Alto de San Andrés et El Aguacate

nous nous rendons donc après une marche de 4h sur le site de El Aguacate après une assension de 300m. je précise que les trou sont des tombeaux.

 

 

puis le lendemain nous nous rendons sur le site de El duende avec à l'intérieur des tombeaux de très belles peintures mais abîmées par le temps, ainsi que des poteries très bien concervées.

 

 

 

nous repartirons le lendemain pour la région du café.

 

 

 

 



Commentaires
(1) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 21:18, le 19/10/2010, Tierradentro
Mots clefs :


<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


une année sabbatique pour découvrir l'Amérique du sud avec un sac-à-dos.

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Juillet 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Rubriques